Collectif WARN!NG | ToDo
162
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-162,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,side_area_uncovered_from_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive
ToDo

Citations de La mise en scène de la vie quotidienne de Erving Goffman, tiré du premier tome La présentation de soi 15′.

Nous pourrions parler d’une mise en résonance d’un ensemble par la mise en regard, en miroir, de ces constituants.

L’un envisage les projections de son autre lui, celui d’avant, celui de maintenant mais dans un ailleurs, celui qui rêve, ou qui rêve de rêver davantage.

…mais parlons d’autre chose.

Quelques bribes en guise de viatique :

Un potentiel d’énergie et son avenir.

Une myriade de balises…

Un imaginaire ouvert ;

introspection dans une sorte d’enfance, conversation intérieure.

complémentarité ?

Identité, duplication, redondance, dissemblances dans l’unité.

chercher, trouver / chercher à trouver / chercher pour trouver / trouver où chercher / trouver sans chercher / sa réciproque est vrai / chercher à ne surtout pas trouver.

Des sillons, des chemins ; s’en extraire ?

Des trajectoires :

Une diagonale principale qui divise l’espace horizontal,

une courbe qui la contourne et est aimantée par le même point de fuite,

une rayure presque perpendiculaire à ces deux premières

un point de croisement, de ressource, de réflexion, d’hésitations, de suspension, de changement de directions,

prendre la dimension d’un horizon vertical.

Trouver : …

le résultat, un résultat, un divertissement, une diversion ; Excitation de la trouvaille

choses dissimulées : apparition, ou juste un autre angle de vue. Apaisement

—-

comment intégrer dans la conception d’une œuvre musicale la dimension organique qu’induit le geste instrumental ? La question du format de l’écrit s’impose : comment graver le fruit d’échanges collectifs ? Quelle place laisser à la mémoire, tant auditive que visuelle ou corporelle ? À l’appréhension de l’instant ?

Les problématiques se génèrent mutuellement, se déploient comme un jeu de matrioshki. Un élargissement de l’espace scénique offre à rêver à la marge de l’incontournable écoulement

du temps. par de fulgurantes traversées de l’espace, l’amplification suggère l’humainement inconcevable ; mais un principe de couplage, de duplication des êtres est privilégié pour observer les allers/retours fictifs dans ce temps.

merci, infiniment à Léo, Makoto, Elsa et Rémy

ainsi qu’à Alvise, Louise, Déborah, Mathilde, cChristophe, Stefano, Claude, Jean-Pierre, Jean-pierre, Magid, Patrick, Clémence, Catherine, Frédéric, Marie, Sebastien, Jean et Gaëtan.

CRÉATION :
2012, à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris  (ENSAD).

AVEC :

Musique et danse : Louise Hakim, Carmen Lefrançois.