Collectif WARN!NG | La nuit acoustique
153
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-153,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,side_area_uncovered_from_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive
LA NUIT ACOUSTIQUE
Spectacle musical du Collectif WARN!NG et de Laurent Durupt.
Considérée d’un point de vue guerrier, l’oreille est une cible vulnérable : on ne peut pas la fermer, on ne choisit pas ce qu’elle entend, et les sons qui l’atteignent peuvent modifier profondément notre état psychologique ou psychique. À compter de la seconde moitié du XXe siècle, la recherche scientifique sur les usages militaires et policiers du son se développe : on ne veut plus simplement avertir, détecter, intimider l’ennemi ou galvaniser ses propres troupes, mais exploiter les effets biologiques du son, puisqu’à certaines fréquences et à certaines intensités les ondes sonores, qui ne sont ni plus ni moins que des vibrations mécaniques, peuvent avoir un effet nocif sur l’oreille et sur le corps tout entier.
Juliette VOLCLER, Le Son comme arme. Les usages policiers et militaires du son.

La nuit acoustique, spectacle musical d’environ 1h15, s’articule autour des musiques de Laurent Durupt et Alexandros Markeas.

L’argument fondamental de ce spectacle est une lecture lucide, parfois cynique, souvent comique, de documents traitant du son comme moyen de manipulation, soit un stade ultime de l’intéraction son-matière. Car le son veut ici enfreindre les corps pour les posséder.

L’excellent ouvrage de Juliette Volcler intitulé Le son comme arme, découvert par hasard au détour d’un couloir à Pékin, fut en 2012 un choc important pour le compositeur Laurent Durupt. La perspective du son auquel lui, musicien, voue sa vie, utilisé comme onde de choc, de contrôle ou de torture, lui fut en effet insoutenable : “Je m’étais ainsi mis à travailler immédiatement sur un premier projet créé en 2013 à Londres, en rapport avec cette thématique qui ne cesse de me hanter depuis…”

La nuit acoustique est une nouvelle manifestation de cette obsession, faisant référence dans le titre à l’une des dernières lettres d’Urlike Meinhof décrivant ses sensations issues de la torture par la privation sensorielle. Ce spectacle, coécrit par les interprètes et les compositeurs, ne se veut ni alarmiste, ni didactique, encore moins moralisateur ; c’est la réappropriation par le collectif WARN!NG de ces sons détournés par l’armée et la science.

La perception de l’espace, en jeu lorsque le spectateur est face à une oeuvre d’art, est ici centrale. Nous jouons sur les phénomènes complexes de sensibilité et de mémoire, d’imagination, d’émotions et de création qui se mettent en marche chez le spectateur, et qui définissent à chaque instant la perception de son monde environnant.

CRÉATION :
22 mars 2015 au théâtre MegaPobec – EVREUX

Musique composée avec : Laurent Durupt & Alexandros Markeas

Mise en scène conçue avec : Camilla Saraceni

Mise en corps et en espace : Louise Hakim

Vidéo & Lumière : Johan Lescure – Charly Fourcade

Régie Générale : Thierry Debroas – Sylvain Devaux

D’après l’ouvrage de Juliette Volcler, Le Son comme arme, les usages policiers et militaires du son.

Avec l’aide du théâtre Méga-Pobec pour la résidence de création.

Coproduction : Fondation AÏDA, Cie Camilla Saraceni collectif 2 plus, L’Atelier(s)

Soutiens Logistique : Christiane Canivenc, Maurice Desramé, Célia Ivoy, Franck Dubois, Marie Crouail-Brière.